Questionnements autour du cheval de Przewalski

Publié le par lesbiodiversitaires

Devant le nombre de messages reçus (merci à tous) concernant l’annonce, suite à des analyses génétiques, que le cheval de Przewalski ne serait en fait pas une espèce complètement sauvage mais un cheval qui aurait subi, il y a quelques millénaires, un tout début de domestication, apportons une petite précision.

Chevaux de Przewalski (Mongolie)

Chevaux de Przewalski (Mongolie)

Une telle annonce provoque évidemment des réactions et des débats.

Le communiqué annonçant la découverte génétique, ici, explique qu'il ne faudrait finalement plus considérer ce cheval comme un animal sauvage, et qu'il n'existerait donc plus de chevaux réellement sauvages sur Terre.

Mais d'autres scientifiques nuancent cette étude. Par exemple l’éthologue équine Hélène Roche, qui travaille avec les chevaux de Przewalski, témoigne ici du fait que certains scientifiques ne sont pas forcément d'accord avec l'interprétation de ces premiers résultats, et rappelle que le Przewalski reste un animal très différent des chevaux domestiques, avec notamment un nombre de chromosomes qui n'est pas le même.

 

Poulain de Przewalski (Mongolie)

Poulain de Przewalski (Mongolie)

Il faut savoir en effet que tout ce qui touche à question de la domestication, c’est très compliqué : les hypothèses changent régulièrement, quel que soit l’animal (concernant le chien, ce n’est pas simple non plus).

En soi, il ne serait pas absolument surprenant qu’il n’existe plus d’espèce de chevaux sauvages sur Terre. L’auroch, l’ancêtre de la vache, a par exemple disparu (du fait de la chasse). Les aurochs actuels ne sont que des reconstitutions artificielles.

 

Pour le cheval, attendons donc d’en savoir un peu plus sur ce sujet, de lire les futurs articles qu’une telle découverte va forcément susciter. Admettons que les scientifiques se mettent tous d’accord sur le fait que le Przewalski soit en effet une espèce qui, il y a des millénaires, ait pu être un tout petit peu domestiquée/apprivoisée par l’homme. Il n’en resterait pas moins un animal à préserver absolument et quand même très éloigné de nos chevaux domestiques actuels.

Et le cheval de Przewalski est un animal sauvage, quoi qu’il en soit, il ne s’apprivoise pas mieux qu’un loup ou qu'un zèbre : l’homme ne peut rien faire de lui. Il doit continuer d’être préservé au même titre que n’importe quelle espèce sauvage. Il ne faudrait surtout pas que cette découverte soit une porte d’entrée pour que certains considèrent le Przewalski comme un animal moins intéressant !

Cheval de Przewalski (Mongolie)

Cheval de Przewalski (Mongolie)

Et pour aller plus loin dans la réflexion, par ailleurs, si nos chevaux domestiques sont en effet les derniers représentants d’une espèce totalement disparue, c’est une raison de plus pour essayer de préserver les races à petits effectifs, et conserver un patrimoine génétique le plus large possible. Comme on le répète régulièrement, chaque race d’animaux domestique qui disparaît, c’est un pan génétique de l’espèce qui disparait. Et qui donc s’affaiblit.

Rappelons par exemple que certaines races de vaches industrielles rencontrent aujourd’hui d’énormes soucis de fertilité et de reproduction… et on va être bien content, à l’avenir, de pouvoir les "retremper" avec un peu de sang de races à petits effectifs pour pouvoir continuer d’avoir des vaches. La question de cette préservation du patrimoine génétique de l’espèce est essentielle.

L’homme est pour le moment encore dans un sentiment de toute puissance qui le déconnecte de la réalité des ressources de la planète (le fort déclin du pétrole est estimée à 2030-2040) et lui fait penser qu’il trouvera toujours des solutions à tous les problèmes qu’il crée. Mais qui dit qu’il n’aura pas besoin un jour, dans un futur plus ou moins lointain, à nouveau, de l’énergie animale, de la force de traction et de portage du cheval, qui lui ont été utiles durant des millénaires ? Qui dit que nous n'auront pas besoin, dans un futur lointain, de redevenir en partie cavaliers ? Qui dit que le futur de l’homme ressemblera à la science-fiction ? Peut-être que le Millenium falcon de l’avenir, en fait, ce sera un poney shetland !

Alors si un jour nous avions à nouveau besoin des chevaux, nous serions bien heureux d’avoir pu préserver au maximum le patrimoine génétique de leur espèce !

 

Et si on faisait une analyse génétique de Bilbo, la bestiole poilue qui essaie de se faire passer pour un poney shetland, récupérée l’année dernière chez un papi de la région ? On découvrirait peut-être qu’il s’agit d’un chaînon manquant entre les chevaux, les ours et les bœufs musqués ??

 

 

Même domestique, on peut avoir l'air préhistorique !

Même domestique, on peut avoir l'air préhistorique !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
P
Bonjour. Tout d'abord, j'espère que vous allez bien. Pour ce qui est du Przewalski, certains ont des interrogations mais, pour Bilbo, aucun doute sur votre hypothèse ! (-;
Répondre
L
Bonjour Pâquerette ;-)
Oui on est d'accord !! ;-)
A
J'aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte, un enchantement. blog très intéressant et bien construit. Vous pouvez visiter mon univers. Au plaisir
Répondre