L’île aux Moutons (réserve naturelle nationale de Saint-Nicolas des Glénan - Finistère)

Publié le par lesbiodiversitaires

L’île aux Moutons (réserve naturelle nationale de Saint-Nicolas des Glénan - Finistère)

Deux jours sur la Réserve naturelle nationale de Saint-Nicolas des Glénan, pour aider à recenser les gravelots nicheurs pour l'association Bretagne Vivante, ont permis de croiser quelques espèces d’oiseaux emblématiques de la région. Zoom sur l'île aux Moutons. Un grand merci à Bruno Ferré, le conservateur de la réserve.

Fleurs : Compagnon blanc et Jacinthe des bois

Fleurs : Compagnon blanc et Jacinthe des bois

Située au large du Finistère sud et gérée par l’association de protection de la nature Bretagne Vivante, la réserve naturelle nationale de Saint-Nicolas des Glénan existe depuis 1974, avec pour objectif initial de préserver une fleur, le très rare narcisse des Glénan, ainsi que toute la flore et la faune de cet archipel. L'île aux Moutons fait partie de ce chapelet d'îles : elle abrite une énorme colonie de sternes.

A l'aller comme au retour en bateau, des macareux moines immatures. Rare ici à cette époque !
A l'aller comme au retour en bateau, des macareux moines immatures. Rare ici à cette époque !

A l'aller comme au retour en bateau, des macareux moines immatures. Rare ici à cette époque !

Extrêmement touristique et donc très fréquenté, ce magnifique petit coin de Bretagne mérite en effet d'être soigneusement protégé si les humains veulent pouvoir continuer à y voir voler des oiseaux et pousser des plantes. Même de nos jours, il reste encore des gens pour râler contre les (petites) contraintes de la protection de la nature, qui demande à chacun de faire attention à limiter son impact en empruntant les sentiers notamment. Pourtant des îles désertiques, sans oiseaux, jonchées de plastique et de crottes de chiens seraient bien moins attrayantes, non ?

Ces deux sternes pierregarins ont l'air tranquille ?

Ces deux sternes pierregarins ont l'air tranquille ?

Si on dézoome l'image, en fait non, il y a du monde partout !

Si on dézoome l'image, en fait non, il y a du monde partout !

Sternes pierregarins.

Sternes pierregarins.

Le phare de l'île aux Moutons.

Le phare de l'île aux Moutons.

Les îles, c’est tout un ensemble vivant, pas seulement de l’eau et des cailloux. Que seraient l'océan et le littoral sans les oiseaux de mer ?

L’île aux Moutons (réserve naturelle nationale de Saint-Nicolas des Glénan - Finistère)
Accouplement des très rares sternes de Dougall. Le mâle offre un petit poisson à la femelle, mais, dans le feu de l'action, il le fait tomber !
Accouplement des très rares sternes de Dougall. Le mâle offre un petit poisson à la femelle, mais, dans le feu de l'action, il le fait tomber !
Accouplement des très rares sternes de Dougall. Le mâle offre un petit poisson à la femelle, mais, dans le feu de l'action, il le fait tomber !

Accouplement des très rares sternes de Dougall. Le mâle offre un petit poisson à la femelle, mais, dans le feu de l'action, il le fait tomber !

Heureusement, la plupart des vrais amoureux de voile sont aussi des amoureux de la nature, pour qui la protection de l'environnement va de soi. Mais quelques touristes comprennent mal l’impact que cela peut avoir d’aller, par exemple, faire uriner et déféquer leur chien sur des zones protégées et des colonies d’oiseaux en voie de disparition. Le problème c’est qu’ils ne sont pas seuls au monde : ce sont des dizaines de chiens et des centaines d’humains qui peuvent potentiellement débarquer en une journée sur une île. Ce tourisme est récent : il y a encore peu de temps, les oiseaux ne voyaient personne sur ces îles. Pour eux, le dérangement est énorme.

Chien non tenu en laisse débarqué par des plaisanciers sur l'île au Mouton. Non seulement nos amis chiens dérangent la faune sauvage, mais leurs déjections perturbent le milieu naturel fragile. Sans compter l'aspect hygiénique pour ceux qui passeront par là ensuite... Le conservateur a dû aller l'expliquer aux propriétaires du chien.

Chien non tenu en laisse débarqué par des plaisanciers sur l'île au Mouton. Non seulement nos amis chiens dérangent la faune sauvage, mais leurs déjections perturbent le milieu naturel fragile. Sans compter l'aspect hygiénique pour ceux qui passeront par là ensuite... Le conservateur a dû aller l'expliquer aux propriétaires du chien.

Parade amoureuse de sternes pierregarins, qui se content fleurette au milieu des fleurs !
Parade amoureuse de sternes pierregarins, qui se content fleurette au milieu des fleurs !

Parade amoureuse de sternes pierregarins, qui se content fleurette au milieu des fleurs !

L’île aux Moutons (réserve naturelle nationale de Saint-Nicolas des Glénan - Finistère)

Pour limiter ces soucis, des jeunes en service civique à la Réserve passent donc 6 mois de l’année seuls, en se relayant, sur l’île aux Moutons, pour protéger la colonie de sternes (la plus importante de toute la Bretagne) durant toute la période de reproduction. Ils expliquent avec toute leur gentillesse aux visiteurs la nécessité de faire très attention à ce milieu naturel très fragile. Une présence bien utile quand on voit le nombre de bateaux dans ce secteur.

Maxence, le service civique du moment. Il va passer un mois seul sur l'île à préserver les oiseaux.
Maxence, le service civique du moment. Il va passer un mois seul sur l'île à préserver les oiseaux.

Maxence, le service civique du moment. Il va passer un mois seul sur l'île à préserver les oiseaux.

Il faut donc aller ravitailler en eau et nourriture ces jeunes Robinsons, qui, par amour de la nature, au large de nos côtes, expérimentent pendant plusieurs mois la solitude, les matins brumeux et les nuits étoilées, expérience initiatique à bien des égards, dont ils se souviendront toute leur vie.

Sterne de Dougall en haut et sterne caugek en bas.
Sterne de Dougall en haut et sterne caugek en bas.

Sterne de Dougall en haut et sterne caugek en bas.

L’île aux Moutons (réserve naturelle nationale de Saint-Nicolas des Glénan - Finistère)

Merci à toute l’équipe de naturalistes salariés et bénévoles de Bretagne Vivante pour le travail qu’ils font chaque jour et sans compter leurs heures pour protéger ce site merveilleux et permettre à tous de pouvoir encore, à l’avenir, profiter de cette beauté. Protéger la nature, c’est aussi de la générosité envers les générations futures !

Bruno, le conservateur de l'île aux Moutons, surveille la réserve.

Bruno, le conservateur de l'île aux Moutons, surveille la réserve.

L’île aux Moutons (réserve naturelle nationale de Saint-Nicolas des Glénan - Finistère)

Publié dans Biodiversité sauvage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jojo 13/05/2018 15:05

Des Dougall, des Dougall !

lesbiodiversitaires 13/05/2018 16:17

il n'y a pas mieux pour en voir !