Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lectures biodiversitaires

La Petite philosophie des oiseaux fait étape à Ouessant, avec l'émission Littoral de France 3 Bretagne

Publié le par lesbiodiversitaires

La Petite philosophie des oiseaux fait étape à Ouessant, avec l'émission Littoral de France 3 Bretagne

En octobre dernier, Marine Barnérias, la présentatrice de l'émission Littoral, et son équipe, ont demandé à Elise de leur parler un peu de la partie plus philosophique de la Petite philosophie des Oiseaux, et des petites leçons de sagesse que les oiseaux peuvent nous inspirer au quotidien.

L'occasion de se balader sur l'une de nos merveilleuses îles bretonnes.

Marine découvre également l'univers des cocheurs avec l'ornithologue Jean-François Le Bihan, et c'est un très joli moment !

Les oiseaux peuvent se regarder de mille façons différentes.

Voici le replay de l'émission.

La Petite philosophie des oiseaux fait étape à Ouessant, avec l'émission Littoral de France 3 Bretagne
La Petite philosophie des oiseaux fait étape à Ouessant, avec l'émission Littoral de France 3 Bretagne

Et pour tous ceux qui aiment les livres de voyage ou les récits initiatiques, il faut savoir qu'avant d'être animatrice, Marine Barnerias qui est une toute jeune femme a écrit un récit de voyage magnifique, très émouvant et plein de vie : Seper héro, le voyage interdit qui a donné du sens à ma vie, qui nous fait voyager avec elle et ses questionnements en Nouvelle-Zélande, en Birmanie, et à cheval en Mongolie ! Avec un mot d'ordre qui rejoint complètement celui de la Petite philosophie des oiseaux : vivez, osez, croyez en vos rêves, et ne laissez pas la peur vous rogner les ailes !

Partager cet article

Le prix national Lire l'économie revient à Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! Stop à la surconsommation

Publié le par lesbiodiversitaires

Le prix national Lire l'économie revient à Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! Stop à la surconsommation

Voilà une bonne nouvelle !!

Hier j'ai dû me rendre à Paris au Ministère de l'économie et des finances car ma première bande dessinée Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! a gagné le premier prix catégorie bande dessinée du Prix Lycéen « Lire l’Économie » 2018.

 

Un prix organisé par le Ministère de l'Éducation nationale et le Ministère de l'Economie et des Finances, en partenariat avec l'association Lire La Société, et décerné par un jury lycéen.

 

Ce prix, décerné à l'issue du vote des lycéens, récompense l'auteur d'un ouvrage qui "présente de réelles qualités pédagogiques et dont l'objet a suscité la réflexion et l'analyse économiques". Et c'est Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! Stop à la surconsommation qui l'a remporté !!

 

Remise du prix, avec quelques lycéens du jury et le youtubeur Cyprien.Remise du prix, avec quelques lycéens du jury et le youtubeur Cyprien.
Remise du prix, avec quelques lycéens du jury et le youtubeur Cyprien.

Remise du prix, avec quelques lycéens du jury et le youtubeur Cyprien.

Voici le petit discours que j'ai fait pour cette occasion car quelques personnes me demandent de le publier et il nous concerne finalement tous. Contente que grâce à tous les jeunes qui ont travaillé à ce prix, il ait été possible de parler de la surconsommation et faire passer quelques messages dans un lieu et à des personnes et des hommes politiques d'ordinaire inaccessibles.

----

 

Bonjour et merci à tous et merci aux lycéens qui m’ont décerné ce prix.

 

C’est une joie d’autant plus inattendue qu’il s’agit pour moi de ma toute première bande dessinée, et je suis particulièrement heureuse qu’elle ait été repérée puis sélectionnée parmi les finalistes.

Obtenir le premier prix me comble bien sûr, car réaliser une bande dessinée, c’est très long, ça représente des années de réflexion et une bonne année de travail, entre le scénario, les dessins et la mise en couleur.

 

Et j’en profite pour adresser un très très grand merci à ma chère éditrice ici présente, Stéphanie Zweifel qui m’a accompagnée pas à pas dans la réalisation de cette bande dessinée, avec toute sa patience et son humour, ainsi qu’aux éditions Delachaux et Niestlé qui ont cru en cette collection.

 

Je remercie aussi les personnes réelles qui ont bien voulu devenir des personnages de cette bande dessinée : Laetitia Vasseur de l’association Hop, Halte à l’obsolescence programmée, François Oger, du magasin bio la Belz’saison, Hélène Danel, qui porte un projet d’école construite en économie circulaire, et Charles Braine, ancien marin en pêche durable.

 

Mais avoir obtenu ce prix me rend doublement heureuse du fait du thème de cette bande dessinée, la surconsommation, un sujet qui me tient particulièrement à cœur. La surconsommation, et son corollaire l’obsolescence programmée, est aujourd’hui l’un des plus gros problèmes écologique et social.

Au-delà des ravages qu’elle cause sur la planète, la surconsommation cause aussi des ravages au niveau social et c’est bien dommage par les temps qui courent que personne n’analyse davantage toutes les conséquences à tous les niveaux de ce mode de vie absurde.

 

On parle toujours de pouvoir d’achat, mais on ne parle jamais du pouvoir d’acheter des choses de qualité. Or c’est pour cela aussi qu’on devrait tous manifester, pour demander à pouvoir avoir accès à nouveau à des produits durables comme il en existait du temps de nos grands-parents où un frigo durait facilement 20 ans.

Si aujourd’hui on n’était pas obligé de changer tous les 5 ans de machine à laver parce qu’elle tombe en panne trop vite, ou bien d’ordinateur parce que les nouveaux logiciels ne sont plus compatibles, et toutes ces montagnes d’objets ou de vêtement de très mauvaise qualité, si on avait vraiment le choix d’acheter du durable, de la qualité, notre pouvoir d’achat et celui des plus pauvres se porterait déjà un peu mieux.

On a toutes les connaissances techniques pour fabriquer des objets durables, faisons-le. Pas seulement pour le consommateur, mais pour la sauvegarde de la planète et pour un monde plus juste.

 

Il faut savoir, que la France est au niveau mondial l’un des premiers pays à avoir voté une loi contre l’obsolescence programmée, c’est une excellente chose et c’est dommage qu’on n’en ait pas parlé davantage, mais il faut continuer d’aller beaucoup plus loin dans ce sens. C’est aux politiques d’encadrer les pratiques marchandes et industrielles pour ne plus permettre les dérives actuelles. Et c’est à nous tous de modérer notre surconsommation et de chercher et d’initier de véritables alternatives. Noël approche, ne sacrifions pas notre planète pour des gadgets en plastique !

 

Rappelons-nous au contraire de ce qui compte vraiment, rappelons-nous que le bonheur n’est pas un concept publicitaire et qu’aucun objet, qu’aucun bien de consommation, ne nous comblera jamais. Rappelons-nous de ce qui seul peut nous sauver, à savoir, les liens humains, ces petits liens fragiles que l’on tisse jour après jour et qui nous relient tous.

 

A nous de choisir ce qui est le plus important pour nous : l'être ou l'avoir.

 

Je suis donc d’autant plus heureuse que grâce aux lycéens, grâce aux jeunes qui se sentent concernés par ce scandale de la surconsommation, auquel chacun d’entre nous est confronté intimement dans son quotidien, cette bande dessinée ait été récompensée, et que ce livre puisse circuler aussi parmi les cercles politiques.

 

C’est une bande dessinée, les choses y sont expliquées simplement, dans l’idée d’informer, d’amuser, et de faire réfléchir, et j’espère que grâce à vous tous, et grâce à ce prix, elle trouvera encore de nombreux lecteurs et continuera de faire réfléchir d’autres personnes.

 

Merci mille fois pour ce prix et merci mille fois d’avoir mis la question de la surconsommation à l’honneur.

Le monstre de la surconsommation, un des personnages de la BD !

Le monstre de la surconsommation, un des personnages de la BD !

Et pour info, une dédicace est prévue ce samedi à partir de 15h à la librairie l'Archipel des mots à Vannes (21 place du général de Gaulle), avec la BD bien sûr mais aussi la Petite philosophie des oiseaux.

Elise

Partager cet article

Petite Philosophie des Oiseaux

Publié le par lesbiodiversitaires

Petite Philosophie des Oiseaux

Sortie en France il y a quelques jours, dans toutes les bonnes librairies, voici 22 leçons de vie que peuvent nous inspirer les oiseaux, dans leur observation quotidienne. 

Philippe est ornithologue, Elise philosophe de formation, nous travaillons tous les deux dans la protection de la nature et des oiseaux. Ces animaux à plumes font partie de nos vies depuis toujours.

Retrouvez ce qu'ont à nous dire les hirondelles, les goélands, les rougegorges, les tourterelles, les sternes, mais aussi bien sûr... les poules ! Et tous les autres.

Sur le voyage, le bonheur, l'amour, les habitudes, le bien et le mal, la peur, la beauté, l'observation de la nature peut nous apprendre plus que nous n'imaginons, si nous prenons la peine d'intimement la regarder.

Et vous, que les oiseaux vous apprennent-ils ?

 

Petite Philosophie des oiseaux, Philippe J. Dubois et Elise Rousseau, La Martinière textes, 14,90 

Partager cet article

Sur les traces de l'ours de Gobi - un documentaire consacré à l'ours le plus rare du monde

Publié le par lesbiodiversitaires

Pour ceux qui ont aimé la lecture sur le blog de l'expédition, en 2016, dans le désert de Gobi (préambule ici, sommaire ici), à la recherche du fabuleux et rarissime ours de Gobi, en compagnie de l'ami naturaliste et universitaire mongol Terbish Khayankhyarvaa, voici un lien sur un reportage diffusé sur Arte, également consacré au fameux mazaalai, l'ours de Gobi, avec un collègue de Terbish, l'année d'après. Les protagonistes ne sont pas les mêmes, mais c'est le même animal, les mêmes questionnements et les mêmes paysages désertiques. Pour prolonger un peu le voyage et en savoir encore un peu plus sur cet ours :

Partager cet article

Une émission sur la surconsommation, l'énergie autrement, et le cheval du Vercors !

Publié le par lesbiodiversitaires

Elise était l'invitée ce mercredi de l'émission du matin de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes. 

L'occasion de parler bien sûr de la surconsommation et de la BD "Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?!", mais aussi de rencontrer le youtubeur de "L'énergie autrement" Barnabé Chaillot qui nous explique comment planter le quinoa et faire des pommes séchées, d'Etienne un ostéo qui explique pourquoi surconsommer ça fait aussi mal partout, d'Alain Perrillat, un grand chef cuisinier qui prône les aliments de saison et locaux, d'Esra, qui tient un blog zéro déchet, qui fabrique des déo "maison" et parle du problème de la surconsommation de coton... et en bonus "biodiversitaire", un très beau reportage sur le cheval du Vercors de Barraquand, une des races de chevaux les plus rares de France (et du monde). C'est pas souvent qu'on voit des images de ce cheval, alors cela fait très plaisir ! Et en plus, la race a été enfin reconnue en 2017 par le ministère de l'Agriculture, une bonne nouvelle.

Attention le lien n'est pas direct, il faut cliquer sur l'émission du 16/05/2018 pour le replay.

Partager cet article

"Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! Stop à la surconsommation" : sortie de la bande dessinée en librairie !

Publié le par lesbiodiversitaires

L’obsolescence programmée, et son corollaire : la surconsommation, vous connaissez ? En énergie, en eau et, surtout, en biens matériels, elle a un impact désastreux sur la planète. Mais des solutions existent, qu’il ne tient qu’à nous de mettre en place !

Mais, mais… c’est quoi ce gros monstre vert ? Et ce lièvre suicidaire ?... Réponse dans toutes les librairies !

Mais, mais… c’est quoi ce gros monstre vert ? Et ce lièvre suicidaire ?... Réponse dans toutes les librairies !

Eh oui, depuis le temps que je vous parle de la surconsommation et de l’obsolescence programmée, il fallait bien que ça sorte en livre en jour. C’est une bande dessinée qui s'appelle : Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! Stop à la surconsommation, sortie hier dans les librairies. Parce que finalement, c’est plus facile de parler d’un sujet aussi sérieux avec le dessin et l'humour.

Couverture.

Couverture.

Car oui, la surconsommation est certainement le plus gros scandale écologique de tous les temps. Et on n’en parle finalement pas tant que ça. Pourtant, à l’échelle d’un pays, elle fait infiniment plus de dégâts environnementaux qu’une marée noire, or ce n’est absolument pas médiatisé.

 

L’idée de ce livre, c’est d'informer sur ce sujet qui nous concerne tous au quotidien (même les plus écolos !), mais aussi de montrer qu’il y a de l’espoir et plein de solutions !

Croquis.

Croquis.

Un aperçu du scénario !

Tout commence avec une radio qui tombe en panne quelques jours après l'expiration de sa garantie. La narratrice, toujours accompagnée de sa fidèle poule, prend alors conscience de ce qu'est l'obsolescence programmée et la surconsommation. Elle va passer du profond découragement à l'espoir, grâce à la rencontre de nombreuses personnes qui se battent au quotidien pour inverser cette tendance. Car cette nouvelle attitude face à la consommation se diffuse de plus en plus dans une société qui peine à trouver des valeurs profondes dans la consommation à outrance. Plus qu'une simple façon de consommer, c'est finalement une façon d'exister qui découle de cette prise de conscience.

L'intérieur de la BD !

L'intérieur de la BD !

Bien sûr, vous y retrouverez Cocotte, ma petite poule fétiche, car c’est quand même grâce aux gallinacés et au livre Tout pour ma poule que je dessine aujourd’hui de plus en plus souvent !

 

Ci-dessous, une petite vidéo pour présenter l'ouvrage et la collection (avec aussi Fred Denhez qui a traité pour sa part des questions alimentaires et agricoles avec les dessins de Gilles Macagno, et Stéphanie Zweifel, l’éditrice qui m’a entraînée dans cette aventure !) :

Vidéo de présentation de la BD

 

Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?!

Stop à la surconsommation,

docu-fiction, scénario et dessins d'Elise Rousseau.

 

Sortie le 5 octobre en librairie !

Partager cet article

Toutes les vaches de France, d'hier, d'aujourd'hui et de demain

Publié le par lesbiodiversitaires

Pour les amoureux des vaches, le dernier livre de Philippe vient de paraître ! C'est le livre le plus complet publié sur les races de vaches de France, puisqu'il reprend les races d'autrefois (disparues) et toutes les races actuelles, "industrielles" comme celles à petits effectifs. Avec plus de 600 photographies, anciennes ou contemporaines.

Toutes les vaches de France, d'hier, d'aujourd'hui et de demain

La France est l’un des pays d’Europe qui possède le plus grand nombre de races bovines. Certaines d’entre elles sont bien connues, car elles ont essaimé à travers le monde entier, comme la charolaise ou la limousine, reconnues pour la qualité de leur viande. D’autres font partie de notre paysage campagnard comme la holstein qui est la race laitière principale. D’autres encore sont intimement liées aux terroirs comme la normande et ses vergers, la salers et ses volcans, la tarine et ses hauts sommets alpins, la raço di biou et la Camargue, etc.

Salers

Salers

À côté de ces races principales, la France a réussi à maintenir des races locales, très rustiques, avec de petits effectifs, mais qui jouent un rôle important dans certains produits typés, l’agriculture biologique et le circuit court de distribution.
Enfin, plusieurs dizaines de races ou de populations bovines ont disparu au cours des deux derniers siècles. Elles sont souvent à la base des races actuelles. C’est l’histoire, l’évolution et l’avenir de toutes ces races françaises qui sont ainsi traitées dans ce livre.

Doubles pages du livre
Doubles pages du livre
Doubles pages du livre

Doubles pages du livre

Et pour en entendre parler de vive voix à la radio :
Philippe a parlé du livre et des vaches ce mardi sur France inter, dans l'émission La Marche de l'histoire de Jean Lebrun. Réécoutez l'émission ici !

Partager cet article

Interview - Tous les chevaux du monde

Publié le par lesbiodiversitaires

Une petite galerie des différentes couvertures et déclinaisons du livre selon les éditions/pays.
Une petite galerie des différentes couvertures et déclinaisons du livre selon les éditions/pays.
Une petite galerie des différentes couvertures et déclinaisons du livre selon les éditions/pays.
Une petite galerie des différentes couvertures et déclinaisons du livre selon les éditions/pays.

Une petite galerie des différentes couvertures et déclinaisons du livre selon les éditions/pays.

A l’occasion de la sortie de Tous les chevaux du monde en langue anglaise par l'éditeur américain Princeton University Press, une interview assez complète d’Elise pour le site Cheval d’aventures, le blog des cavaliers voyageurs ! L'occasion de se replonger dans quelques souvenirs.

Découvrez quelques-uns des secrets de la fabrication de cet énorme livre en suivant le lien ci-dessous :

Partager cet article

Lectures biodiversitaires d’hiver

Publié le par lesbiodiversitaires

La vengeance du wombat et autres histoires du bush, Kenneth Cook
Pour ceux qui auraient lu Le koala tueur de Kenneth Cook, présenté dans les lectures d'automne, une bonne nouvelle, il y a une suite : La vengeance du wombat.
Tout aussi délirant que le premier tome, le génial écrivain y raconte ses aventures avec la faune sauvage, à travers le bush australien, comme sa mésaventure avec les wombats :
« J’aimais beaucoup les wombats, avant. A première vue, ces aimables créatures ressemblent à des oursons, se baladent tranquillement la nuit et mastiquent innocemment des racines. La vérité est tout autre. »
Mention spéciale pour la nouvelle sur les kangourous suicidaires qui commence ainsi :
"N’essayez jamais d’aider un kangourou. Cette créature ingrate est susceptible de récompenser votre gentillesse par une violence inattendue."
En plus de raconter des histoires à se tordre de rire, Kenneth Cook nous fait découvrir les animaux australiens, wombat, quokka… sous un jour nouveau.

Le gang de la clé à molette, Edward Abbey
Offert par un ami conservateur d’une réserve naturelle, ce livre culte devrait figurer dans la bibliothèque de tout amoureux de la nature, parce que y’a des jours où des lectures comme ça, ça défoule !
Ce roman qui date de 1975 reste ô combien d’actualité dans l’Amérique d’aujourd’hui !
Vous y ferez la connaissance de quatre rebelles, écœurés de voir la nature américaine défigurée : Doc A.K. Sarvis, un médecin, sa compagne Bonnie Abbzug, une femme qui plaira aux lecteurs comme aux lectrices (sexy mais pas du genre à se laisser faire), George W. Hayduke, ancien du Vietnam déjanté, et Seldom Seen Smith, un mormon polygame à la vie aussi compliquée qu’organisée.
Basculant dans l’insoumission, ils décident de pourrir la vie des pollueurs de l’Ouest américain, et deviennent experts en sabotage, ce qui va leur valoir quelques ennuis…
Un aperçu des dialogues :
« -Tu crois qu’une ruse comme ça suffira à berner toute une escouade d’humains adultes ? demande Bonnie.
Seldom s’autorise un petit sourire prudent.

-Eh bien disons, chérie, que si Love était tout seul j’te dirais que non, l’en faudrait plus pour le leurrer. Mais avec son Équipe les choses sont différentes. Un homme seul, ça peut être assez con, mais si tu veux de la vraie bonne grosse connerie, y’a rien de mieux que le travail en équipe. »

Partager cet article

Un coq lecteur

Publié le par lesbiodiversitaires

Via le formulaire de contact du blog, une jeune lectrice qui adore ses poules a envoyé un petit courrier accompagné de photos, qu’elle nous autorise à publier. Parce que William, le coq qui lit Tout pour ma poule, il vaut le coup !

Liane et son coq William, merci à la famille Le Cam pour ce courrier et ces photos !
Liane et son coq William, merci à la famille Le Cam pour ce courrier et ces photos !Liane et son coq William, merci à la famille Le Cam pour ce courrier et ces photos !

Liane et son coq William, merci à la famille Le Cam pour ce courrier et ces photos !

Ces petites attentions, c’est ce qui donne du sens au métier d’auteur : savoir qu’on a pu rendre quelqu’un heureux, quelque part.

Car le travail d’auteur est merveilleux, mais par certains aspects rude et solitaire. Entre toutes les étapes complexes de fabrication d’un livre, l’écriture même qui est un moment très dense, le manuscrit à rendre à l’éditeur dans les temps, les relectures, corrections et validations diverses, la gestion administrative d’une profession indépendante, et enfin la promo du livre (parler à la radio alors que tous les auteurs sont à la base plutôt des timides, au début c’est pas évident !), c’est un travail souvent plus ardu qu'il n'y parait (mais passionnant !).

Aussi le courrier des lecteurs fait toujours chaud au cœur et donne envie de continuer. Merci pour cette jolie photo pleine d’humour et pour ce beau coq lecteur !

Partager cet article

1 2 3 > >>