Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

lectures biodiversitaires

Lectures et sorties agricoles et biodiversitaires de février

Publié le par lesbiodiversitaires

En kiosque

Le dernier Terre sauvage (n°289, février) est un numéro spécial agriculture et environnement qui a pour titre : Les nouveaux paysans réinventent l’agriculture.

Le magazine nous a demandé d’y collaborer via un tour de France des races domestiques menacées, une interview de Philippe sur la biodiversité domestique et une Lettre d’amour à un ver de terre d’Elise, pour la problématique des sols. Une dizaine de pages sont entièrement consacrées à la biodiversité domestique, à travers notamment l’exemple de la vache ferrandaise. Nous sommes heureux que cette problématique trouve désormais entièrement sa place dans les questions agricoles.

On trouve aussi dans ce numéro une interview de Claude et Lydia Bourguignon, « médecins » des sols, de Michel Delmas et ses fameuses prairies fleuries, la question du foncier agricole (via l’action de Terre de liens), des paysages, de la compétitivité du bio, de l’agroforesterie et bien sûr des circuits courts. 

Nos animaux domestiques

A paraître

En février toujours, et plus exactement le 7 février, va également sortir notre prochain ouvrage :

Nos animaux domestiques, le tour de France d’un patrimoine menacé, écrit en collaboration avec Jean-Claude Périquet, le président de la Fédération française des volailles.

Un livre dans la droite ligne de ce blog, qui fait l’inventaire de toutes les races domestiques rares et menacées de France, soit un gros pavé ! Nous en parlerons davantage dans un prochain article.

Une remise de prix...

C'est encore le 27 février, au Salon de l'agriculture, sur le stand de l'Institut de l'élevage, à 19 h, que se déroulera la remise des prix du tout premier Prix de la Fondation du Patrimoine pour l'agro-biodiversité animale. L'opportunité, pour les éleveurs de races à petits effectifs, de voir leur travail récompensé. Un article est également prévu sur le sujet.

Pour en savoir plus cliquer ici.

... et un salon !

Enfin, le Salon de l’agriculture va se tenir Porte de Versailles à Paris, du 23 février au 3 mars prochain. Et ça vaut le coup de braver la foule et les stands de saucissons pour aller voir les quelques races à petits effectifs représentées et rencontrer leurs éleveurs, qui ont bien besoin d’encouragements. Pour les chevaux, on verra les camargues et leurs gardians et les magnifiques races rares de trait (tristement absentes du Salon du cheval de Paris, qui manque de plus en plus de diversité), mais aussi quelques races d’âne patrimoniales. Et des poules, et des vaches, et des cochons, et des chèvres, et des chiens… A côté des races « stars » et industrielles, les races rustiques restent bien présentes, et c’est à saluer.

Une signature dessinée de Tout pour ma poule aura lieu mercredi 27 après-midi au stand des éditions Castor et Pollux.

Cochon de Bayeux

Porc basque

Partager cet article

Les derniers paysans

Publié le par lesbiodiversitaires

Les derniers paysans
 
Entre 1979 et 2000, Serge Chevallier a photographié en France des « isolats paysans » dans lesquels des agriculteurs ont vécu selon un mode de vie qui n’avait pas changé depuis des siècles. C’est en effet à cette période, à la fin des « Trente glorieuses » que disparaît le monde paysan au profit de celui des agriculteurs (et des exploitants agricoles).
Serge Chevallier promène ses deux appareils photos : un chargé en noir et blanc, l’autre en couleur. Ainsi photographie-t-il souvent la même scène avec ces deux approches. Avec la première, on a souvent l’impression que la photo date des années 1920 ou 30. Avec la seconde – la même scène, donc – on pourrait penser que la photo a été prise lors d’une fête de la moisson locale, l’été dernier. Cela montre combien cette période s’est située entre deux âges, entre deux mondes.
 
Il ne s’agit pas de voir ces photos comme une collection de « derniers des Mohicans », mais davantage comme un travail ethnologique, comme a pu le faire Curtis avec les Indiens d’Amérique ou même Lévi-Strauss. Les textes sont là pour mettre en perspective les photos « d’époque » avec la réalité d’aujourd’hui, en la replaçant dans un contexte environnemental.
 
Le livre se termine sur une constatation : qui dit désertification (ou déprise) agricole, dit retour du sauvage. Et on le voit bien en France, avec des populations de grands herbivores sauvages (cerfs, chevreuils, mais aussi sangliers) qui sont au plus haut, ou encore avec le retour du loup… En quelque sorte, la boucle est bouclée. Au Moyen Age, les moines se sont attachés à défricher, à ouvrir le milieu (forestier) et contribué ainsi à accroître la biodiversité animale et végétale des milieux ouverts. Puis l'agriculture intensive a créé des déserts de biodiversité. Avec la déprise actuelle, c’est la forêt qui va faire son grand retour. Avec, revers de la médaille, une fermeture des milieux et une certaine homogénéisation de ceux-ci. Avec son corollaire, la perte de la diversité des espèces de milieux ouverts, mais le retour possible d'espèces forestières. Vaste sujet où agriculteurs, scientifiques, naturalistes et tous les amoureux de la nature et de la biodiversité se trouvent confrontés à un sacré dilemme.

Restent les quelques agriculteurs courageux qui ont fait le choix d’élever des races ou des variétés rustiques et locales, avec des formes d'agriculture respectueuses de l'environnement, qui essaient de valoriser ces terres en harmonie avec cette biodiversité sauvage. Aujourd'hui, ce sont sans doute eux, les héritiers des  derniers paysans. 

 
 
Pour en savoir plus sur les Derniers paysans, regarder le flipbook !
     
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Né à Paris et passionné par la campagne où, enfant, il passait toutes ses vacances, Serge Chevallier fut photographe animalier professionnel pendant plus de 30 ans. Il a également travaillé pour la publicité, le tourisme et la presse.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Les Derniers paysans, Serge Chevallier, Philippe J. Dubois, Delachaux et Niestlé, 2012 
Partager cet article

Lectures biodiversitaires d’été

Publié le par lesbiodiversitaires

Le poil et la plume - Anny DupereyLe poil et la plume,
Anny Duperey, Le Seuil, 2011
 
L’actrice Anny Duperey aime les poules. Et elle en parle magnifiquement, racontant dans ce joli livre les aventures les plus folles de ses protégées.
On rit beaucoup, en découvrant l’histoire de la passion torride entre son coq et l’une de ses poules, devant les facéties des paons, des pigeons et du menu peuple ailé qui volette dans le jardin d’Anny Duperey.
Vrai parcours initiatique, débordant de tendresse et d’émotion, Anny arrive à faire de l’installation d’un poulailler dans son jardin un vrai roman d’aventures. Tous les amateurs de cocottes devraient le lire de toute urgence. 
 
     
Manuel d’équitation camargue. Une tradition d’avenir, Manuel d'équitation camargue - Céline Legaz
Céline Legaz, Actes Sud, 2012 
 
Enfin un manuel pratique d'équitation camargue, qui offre un bon complément au désormais "classique" livre de Bernard Roche, L'équitation camargue, également paru chez Actes Sud il y a quelques années.
Cet ouvrage très complet de Céline Legaz est destiné aux cavaliers passionnés d’équitation et de chevaux camargues, mais aussi à tous les cavaliers curieux des traditions françaises. Ce livre très pédagogique peut aussi être pris comme un manuel d’initiation à l’équitation en général. Au-delà des aspects techniques, c’est toute l’histoire équestre d’une région qui affleure entre les pages, une histoire si riche qu’elle a survécue jusqu’en 2012 et qu’elle se modernise aujourd’hui sous l’impulsion de jeunes cavaliers comme Céline Legaz.
Le cheval camargue reste une race à petits effectifs, mais quand on tient entre les mains un ouvrage de cette qualité, sous l’inimitable sceau des éditions Actes Sud, on se dit que nos crins-blancs sont bien défendus.
    
Travelling by mongolian horse,
Bekhjargal Bayarsaikhan, Ulaanbaatar Mongolia, 2006 
Cet incroyable petit ouvrage n’est sans doute pas facile à se procurer hors de la Mongolie, mais il mérite d’être signalé. Traduit en anglais (c’est toujours mieux que le russe ou le mongol !), il foisonne de dessins et de croquis en tout genre. Ce côté brouillon et amateur lui donne un charme fou, loin de nos livres aux maquettes impeccables…
Cet ouvrage édité en Mongolie traite bien sûr du sujet le plus important pour le peuple mongol : les chevaux. Et de cette race inouïe, sauvage, inimitable, le cheval mongol, et de toutes les traditions qui s’y rattachent. On n’a qu’une idée en tournant les pages : sauter dans le premier avion pour revoir les immenses troupeaux de chevaux aux robes dorées, dans les steppes démesurées.
  
  couv travelling by mongolian horse
 
Partager cet article

Tout pour ma poule

Publié le par lesbiodiversitaires

Tout pour ma poule couverture
 
Tout pour ma poule, Delachaux et Niestlé, février 2012
Dessins, textes et photos : Elise Rousseau
 
Tout ce que vous vouliez savoir sur les poules sans jamais oser le demander
Il sort demain, pour la Chandeleur, dans toutes les bonnes librairies ! Tout pour ma poule est sûrement le livre que je me suis le plus amusée à écrire, à photographier, à illustrer. 
Car les poules sont des bestioles hilarantes, pas bêtes du tout, super affectueuses, et j’espère que ce livre contribuera à leur rendre justice.
Observer une poule, ce sont des fous rires assurés. Je ne connais aucun animal aussi drôle !
Entre autres, grâce à des éthologues anglais, vous verrez que la prétendue stupidité de la poule est pure légende, et qu’au contraire, des expériences révèlent qu’elles en ont bien plus sous la crête que ce qu’on imagine...                                                                                                                                   
 
Dossier de presse de la maison d’édition ici.  
 extrait Tout pour ma poule 1
Quatrième de couverture
Comment peut-on vivre sans poule ? Comment se passer d’œufs frais et du spectacle de la vie trépidante d’une poule ? Plus utile qu’un hamster, aussi affectueuse qu’un lapin, moins dépendante qu’un chien, plus drôle qu’un poisson rouge, la poule peut être un agréable animal de compagnie.
Si vous êtes convaincu d’avoir des poules, ou si vous voulez approfondir vos connaissances sur le sujet, ce livre répondra avec précision et humour à toutes les questions que l’éleveur amateur se pose.
Comment convaincre son conjoint d’avoir des poules ?
Quelle race choisir ?
Comment installer vos nouvelles pensionnaires ?
Comment les choyer, les nourrir, les apprivoiser, vivre au quotidien en leur compagnie ?
Quels sont les 400 coups que votre poule risque de vous faire voir ?
A-t-elle trop froid, trop chaud, pourquoi a-t-elle la crête de travers, la plume en biais, pourquoi refuse-t-elle farouchement de quitter son nid, que faire quand elle s’évade chez le voisin, quand on la laisse un week-end ou pour les vacances ?
Pourquoi une poule n’est-elle pas si bête qu’on le dit ?
Enfin, pourquoi avoir une poule est un acte écolo qui contribue à protéger la biodiversité ?
Dans Tout pour ma poule, retrouvez les joies et les déboires quotidiens de l’amateur de poules et de ses protégées.
 
Tout pour ma poule sur France info (2 min) :
 
 
extrait Tout pour ma poule 2

Couverture de la nouvelle édition du livre, en 2015, plus de 20 000 lecteurs plus tard... Merci à tous !

Partager cet article

A nos vaches !

Publié le par OverBlog

 51zKbu-hR+L SL500 AA300

Après trois ans de travail, il est enfin sorti. Depuis le 17 février 2011, A nos vaches est en librairie !

C’est le premier livre qui traite de l’ensemble des races ou populations bovines de France menacée ou disparues.

Jamais ces dernières n’avaient été traitées et les informations que l’on avait jusqu’à présent sur elles étaient éparpillées dans la littérature agricole ou zootechnique de la fin du XIXe et du début du XXe siècle.

Pour réaliser cet ouvrage, il a fallu des mois de recherches, surtout pour l’iconographie, dans des arrière-salles de bibliothèques, des greniers poussiéreux de laboratoires, pour extraire de véritables trésors qui dormaient là depuis des décennies. Comme par exemple des plaques photos des années 1900-1910 de concours agricoles avec des animaux de races aujourd’hui disparues.

 

Pour en savoir plus, regardez cette vidéo.

 

Pour commander le livre :

(448p., 34,90€)

Amazon

Fnac Com

 

L'éditeur : Delachaux et Niestlé

 

 

Quelques pages du livre....

 

A-nos-vaches-3.jpg

 

 

 

A-nos-vaches-2.jpg

  A-nos-vaches-1.jpg

 A-nos-vaches-4.jpg

 

A-nos-vaches-5.jpg

Partager cet article

<< < 1 2 3