Le prix national Lire l'économie revient à Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! Stop à la surconsommation

Publié le par lesbiodiversitaires

Le prix national Lire l'économie revient à Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! Stop à la surconsommation

Voilà une bonne nouvelle !!

Hier j'ai dû me rendre à Paris au Ministère de l'économie et des finances car ma première bande dessinée Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! a gagné le premier prix catégorie bande dessinée du Prix Lycéen « Lire l’Économie » 2018.

 

Un prix organisé par le Ministère de l'Éducation nationale et le Ministère de l'Economie et des Finances, en partenariat avec l'association Lire La Société, et décerné par un jury lycéen.

 

Ce prix, décerné à l'issue du vote des lycéens, récompense l'auteur d'un ouvrage qui "présente de réelles qualités pédagogiques et dont l'objet a suscité la réflexion et l'analyse économiques". Et c'est Mais pourquoi j'ai acheté tout ça ?! Stop à la surconsommation qui l'a remporté !!

 

Remise du prix, avec quelques lycéens du jury et le youtubeur Cyprien.Remise du prix, avec quelques lycéens du jury et le youtubeur Cyprien.
Remise du prix, avec quelques lycéens du jury et le youtubeur Cyprien.

Remise du prix, avec quelques lycéens du jury et le youtubeur Cyprien.

Voici le petit discours que j'ai fait pour cette occasion car quelques personnes me demandent de le publier et il nous concerne finalement tous. Contente que grâce à tous les jeunes qui ont travaillé à ce prix, il ait été possible de parler de la surconsommation et faire passer quelques messages dans un lieu et à des personnes et des hommes politiques d'ordinaire inaccessibles.

----

 

Bonjour et merci à tous et merci aux lycéens qui m’ont décerné ce prix.

 

C’est une joie d’autant plus inattendue qu’il s’agit pour moi de ma toute première bande dessinée, et je suis particulièrement heureuse qu’elle ait été repérée puis sélectionnée parmi les finalistes.

Obtenir le premier prix me comble bien sûr, car réaliser une bande dessinée, c’est très long, ça représente des années de réflexion et une bonne année de travail, entre le scénario, les dessins et la mise en couleur.

 

Et j’en profite pour adresser un très très grand merci à ma chère éditrice ici présente, Stéphanie Zweifel qui m’a accompagnée pas à pas dans la réalisation de cette bande dessinée, avec toute sa patience et son humour, ainsi qu’aux éditions Delachaux et Niestlé qui ont cru en cette collection.

 

Je remercie aussi les personnes réelles qui ont bien voulu devenir des personnages de cette bande dessinée : Laetitia Vasseur de l’association Hop, Halte à l’obsolescence programmée, François Oger, du magasin bio la Belz’saison, Hélène Danel, qui porte un projet d’école construite en économie circulaire, et Charles Braine, ancien marin en pêche durable.

 

Mais avoir obtenu ce prix me rend doublement heureuse du fait du thème de cette bande dessinée, la surconsommation, un sujet qui me tient particulièrement à cœur. La surconsommation, et son corollaire l’obsolescence programmée, est aujourd’hui l’un des plus gros problèmes écologique et social.

Au-delà des ravages qu’elle cause sur la planète, la surconsommation cause aussi des ravages au niveau social et c’est bien dommage par les temps qui courent que personne n’analyse davantage toutes les conséquences à tous les niveaux de ce mode de vie absurde.

 

On parle toujours de pouvoir d’achat, mais on ne parle jamais du pouvoir d’acheter des choses de qualité. Or c’est pour cela aussi qu’on devrait tous manifester, pour demander à pouvoir avoir accès à nouveau à des produits durables comme il en existait du temps de nos grands-parents où un frigo durait facilement 20 ans.

Si aujourd’hui on n’était pas obligé de changer tous les 5 ans de machine à laver parce qu’elle tombe en panne trop vite, ou bien d’ordinateur parce que les nouveaux logiciels ne sont plus compatibles, et toutes ces montagnes d’objets ou de vêtement de très mauvaise qualité, si on avait vraiment le choix d’acheter du durable, de la qualité, notre pouvoir d’achat et celui des plus pauvres se porterait déjà un peu mieux.

On a toutes les connaissances techniques pour fabriquer des objets durables, faisons-le. Pas seulement pour le consommateur, mais pour la sauvegarde de la planète et pour un monde plus juste.

 

Il faut savoir, que la France est au niveau mondial l’un des premiers pays à avoir voté une loi contre l’obsolescence programmée, c’est une excellente chose et c’est dommage qu’on n’en ait pas parlé davantage, mais il faut continuer d’aller beaucoup plus loin dans ce sens. C’est aux politiques d’encadrer les pratiques marchandes et industrielles pour ne plus permettre les dérives actuelles. Et c’est à nous tous de modérer notre surconsommation et de chercher et d’initier de véritables alternatives. Noël approche, ne sacrifions pas notre planète pour des gadgets en plastique !

 

Rappelons-nous au contraire de ce qui compte vraiment, rappelons-nous que le bonheur n’est pas un concept publicitaire et qu’aucun objet, qu’aucun bien de consommation, ne nous comblera jamais. Rappelons-nous de ce qui seul peut nous sauver, à savoir, les liens humains, ces petits liens fragiles que l’on tisse jour après jour et qui nous relient tous.

 

A nous de choisir ce qui est le plus important pour nous : l'être ou l'avoir.

 

Je suis donc d’autant plus heureuse que grâce aux lycéens, grâce aux jeunes qui se sentent concernés par ce scandale de la surconsommation, auquel chacun d’entre nous est confronté intimement dans son quotidien, cette bande dessinée ait été récompensée, et que ce livre puisse circuler aussi parmi les cercles politiques.

 

C’est une bande dessinée, les choses y sont expliquées simplement, dans l’idée d’informer, d’amuser, et de faire réfléchir, et j’espère que grâce à vous tous, et grâce à ce prix, elle trouvera encore de nombreux lecteurs et continuera de faire réfléchir d’autres personnes.

 

Merci mille fois pour ce prix et merci mille fois d’avoir mis la question de la surconsommation à l’honneur.

Le monstre de la surconsommation, un des personnages de la BD !

Le monstre de la surconsommation, un des personnages de la BD !

Et pour info, une dédicace est prévue ce samedi à partir de 15h à la librairie l'Archipel des mots à Vannes (21 place du général de Gaulle), avec la BD bien sûr mais aussi la Petite philosophie des oiseaux.

Elise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jean pierre rousseau 13/12/2018 22:18

bravo et bravo et je dirai meme plus bravo